> Les syndicats > SUD étudiants > Communiqué suite à la conférence de Nicolas Sarkozy à Lyon

Communiqué suite à la conférence de Nicolas Sarkozy à Lyon

vendredi 24 février 2006, par Solidaires Etudiant-e-s Lyon

A l’initiative de SUD-étudiant Lyon et Grenoble, ATTAC campus, SOS Racisme
et de citoyens indépendants, une mobilisation a été menée hier Jeudi 23
Février à 17h30 en réponse à l’invitation de Nicolas Sarkozy à la Cité
Centre des Congrès (Lyon 6).


Cette mobilisation se voulait pacifique, symbolique... mais bruyante afin
de dénoncer la dérive autoritaire et réactionnaire de la politique menée
par le Ministre de l’Intérieur.

Or, au déni de la liberté d’expression et de circulation, un groupe
d’environ 70 manifestants s’est retrouvé encerclé par les forces de
l’ordre au Parc de la Tête d’or. Pendant les 2 heures et demi qu’a duré la
détention, dans le froid, et l’attente (sans réponse) de plus amples
informations sur la durée et la finalité de cette intervention musclée ;
le nombre de policiers, gendarmes et CRS n’a fait que croître. Il
semblerait que, dans un soucis d’intimidation, la réaction ait été
disproportionnée au vu du comportement pacifique et responsable des
personnes rassemblées.

Malgré tout, cette action a été propice aux échanges et à la bonne humeur
au sein des manifestants : sloggans, chansons, discours et pique-nique
(quoique frugal) improvisé...

Parrallèlement, un second groupe de protestataires a pu gagner tant bien
que mal le lieu de la réunion publique et ainsi tenter de sensibiliser les
participants aux dangers de la nouvelle politique sur l’immigration
proposée par Nicolas Sarkozy en distribuant des tracts. Toutefois ils ont
vite été repoussés par les forces de l’ordre présentes également sur les
lieux.

Cependant, malgré la détermination des autorités à écarter toute
contestation, certaines personnes sont parvenues à accéder à la salle de
Conférence. Devant la table des médias, ils ont mené une action synbolique
en se bâillonnant avec les Tee-shirts distribués à l’entrée, action
violemment réprimée par les vigiles, appuyés par les propos injurieux de
la salle.





mieux vu avec Firefox